03-12
2009

SSH party: Se connecter à deux sur la même Party Line

Tags: Debian | Screen | Shell | SSH
Un client m'ayant récemment demandé un devis pour effectuer un petit débugage de son serveur de mail mais souhaitant suivre mes actions afin d'apprendre, je me décide à poster ce petit post afin de vous montrer comment se connecter à deux, en SSH, sur la même party line. Le principe, nous nous connectons chacun en SSH au serveur dédié. Le but est d'afficher le même écran, et d'ainsi pouvoir travailler à deux. Travailler reste toutefois difficile sans se gêner, il s'agit principalement pour l'utilisateur secondaire de "regarder". Le paquet screen doit être installé, si ce n'est pas le cas, installez-le.
apt-get install screen
Un des utilisateurs lance alors le screen.
# Lancement du screen
screen
# On réponds par "espace" au texte affiché
Le screen est alors lancé, il s'agit d'un sous shell. L'autre utilisateur va alors nous rejoindre.
# Utilisation de la commande screen avec l'argument -x
# -x Attach to a not detached screen. (Multi display mode).
screen -x
Voilà, nous sommes sur le même shell. Nous pouvons donc commencer à travailler à deux. Cette commande ne fonctionnera que si un seul screen (le votre) est lancé. Sinon, vous aurez un message d'erreur vous demandant de choisir lequel
screen -x
There are several suitable screens on:
        13151.pts-0.lucy        (03/12/09 05:43:07)     (Attached)
        13146.pts-1.lucy        (03/12/09 05:43:04)     (Attached)
Type "screen [-d] -r [pid.]tty.host" to resume one of them.
Le mieux est tout de même de nommer ses screens afin de pouvoir les rejoindre de manière plus humaine. Dans ce cas, il suffit de les lancer avec un nom.
# Nous allons nommer notre screen aserv
# à l'aide de l'option -S
# -S sockname   Name this session .sockname instead of ...
screen -S aserv
Le second utilisateur pourra alors nous rejoindre à l'aide de la commande suivante:
screen -x aserv
Voilà une petite introduction à la commande screen qui s'avère plutôt utile au fil du temps.

 

 

Aucun commentaire pour ce billet.

 

Votre commentaire